Propos de Sarkozy: Lefebvre insulte «Libération»

Publié le par webmasters94

Le porte-parole de l'UMP accuse notre journal, qui a rapporté des déclarations présidentielles peu amènes à l'égard de Zapatero, de «ressembler de plus en plus à un tract» qui contribue à «abîmer l'image de notre pays».

 

Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP, s'exprime lors d'une conférence de presse, le 5 décembre 2008.
(AFP)

  • L'UMP par la voix de  Frédéric Lefebvre, son porte-parole, accuse ce samedi Libération de «ressembler de plus en plus à un tract» qui contribue à «abîmer l'image de notre pays», à la suite de la publication de propos de Nicolas Sarkozy mercredi et démentis par l'Elysée.

«Ce quotidien, après avoir perdu ses lecteurs, perd sa crédibilité», affirme dans un communiqué Frédéric Lefebvre.

Selon le porte-parole de l'UMP, notre journal «se vante d'avoir suscité des réactions de la presse européenne sur la soi-disant remarque du président de la République française sur M. Zapatero. Cette attitude est tout simplement scandaleuse de la part d'un quotidien français qui, en colportant une fausse information, contribue à abîmer l'image de notre pays».

«Roquet»

Notre quotidien, citant des participants, avait rapporté des propos du chef de l'Etat notamment sur le président du gouvernement espagnol, qui ont été tenus lors d'un déjeuner avec des parlementaires: «Zapatero n'est peut-être pas très intelligent, mais il a été réélu.»

«M. Lefebvre, qui occupe un poste de roquet à l'UMP, a du mal à accepter l'existence d'une presse indépendante en France, a réagi le directeur de Libération, Laurent Joffrin, interrogé par l'AFP. «Il se contente d'aboyer un démenti de commande et d'insulter le principal journal d'opposition en France ainsi que ses 800.000 lecteurs.»

«Propos présidentiels confirmés»

Laurent Joffrin indique que le journal maintient «l'intégralité de ses informations», soulignant que Frédéric Lefebvre «n'était pas au déjeuner où les propos incriminés ont été prononcés».

«Les propos présidentiels sont confirmés de plusieurs sources, la presse étrangère a jugé bon de s'en faire l'écho», insiste le directeur de Libération.

Pour Laurent Joffrin, «ce qui porte atteinte à l'image de la France c'est l'irresponsabilité des propos tenus par le président de la République à l'égard de ses homologues».

N.S. a des dérapages verbaux  malencontreux et répétitifs, cela est malheureusement bien connu maintenant.
L'action de Mme Royal, chaque citoyen la jugera comme il l'entendra mais s'il y a des personnes bien mal placées pour en parler et les critquer ce sont les parlementaires, porte paroles et autres proches du président, eux qui sont si souvent les premières victimes des colères fréquentes de leur patron et qui ne savent faire qu'une chose = se mettre à plat ventre.
Dans un temps pas si lointain, certains avaient le courage de la démission. Maintenant ce sont des pantins qui viennent baiser les babouches de leur seigneur.

En tant que citoyen français j'éprouve une certaine honte de l'attitude de celui qui est censé nous représenter. Au delà même de ce que rapporte Libération, il suffit de se souvenir de deux actes dont au moins un a été visible par tous et l'autre suffisamment rapporté par des personnes dignes de confiance :

- le 1er : lors d'un discours du Premer Ministre Espagnol, (comme par hasard) ,  N.S. debout prés de lui, tripatouillait quoi ? : je vous le donne en mille : son téléphone portable. Cette photo a été rediffusée hier sur le Web, seule l'heure tardive m'empêche de la retrouver pour vous l'afficher.

- le 2éme : s'occuper de son téléphone portable (envoi ou réception d'un SMS ?) lors d'une audience avec le Pape.

Est-ce là une attitude correcte ?
D'un simple citoyen vis à vis d'un interlocuteur ordinaire, c'est une impolitesse.
D'un chef d'Etat, c'est inqualifiable. 

Publié dans Notre Seigneurie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article