Baisse de salaire ou la porte, certains en rêvent, d’autres le font

Publié le par webmasters94

Que l’Alsace, la France, et même l’Europe deviennent des pays à bas-coûts, si c’est tout ce que l’on est en droit d’espèrer, ça justifira des lendemains qui grincent des dents voire plus si affinité

A Molsheim, Osram propose une baisse de salaire ou la porte

Osram, filiale éclairage de Siemens, envisage de licencier 108 salariés de son usine de Molsheim (Bas-Rhin) qui refusent une baisse de salaire jugée nécessaire pour assurer la compétitivité du site, a-t-on appris auprès de la direction et du syndicat FO.

 

L’usine alsacienne, qui produit 450 millions d’ampoules à incandescence par an, est confrontée à la fin programmée par l’Union européenne, d’ici 2012, de ce produit gros consommateur d’énergie, et à la concurrence des pays à bas coût.

"L’entreprise envisage la rupture du contrat de travail pour 108 collaborateurs qui ont refusé l’avenant au contrat de travail", lit-on sur un document soumis au comité d’entreprise en préalable à l’ouverture d’un plan de sauvegarde de l’emploi.

Cet avenant, qui a été présenté en février au personnel de production et administratif, soit 600 des quelque 800 salariés, prévoit de baisser progressivement le taux horaire de 12,5% en trois ans.

Les cadres ont été invités à participer à l’effort collectif en renonçant à la totalité des jours de RTT obtenus lors du passage aux 35 heures, mais ils ont refusé, a précisé un porte-parole de la direction.

Pour Isabelle Astié, déléguée syndicale FO et secrétaire du comité d’entreprise, les salaires en vigueur dans l’entreprise ne justifient pas cette décision.

Elle cite l’exemple d’un régleur, chargé de conduire une ligne de production, qui gagne 1.600 euros net par mois "avec 17 ans d’ancienneté et les heures de nuit".

Elle-même, opératrice de production depuis 30 ans, touche 1.240 euros net "dont 111 euros d’ancienneté".

"La lampe à incandescence, elle a bon dos. Si on avait anticipé à temps, on aurait pu faire une reconversion correcte", affirme-t-elle.

La direction met en avant sa volonté de développer la logistique et de reconvertir le site dans la production de lampes halogènes à économie d’énergie.

Les ampoules à incandescence de 100 watts et toutes celles dont à verre dépoli seront interdites dans l’Union européenne dès le 1er septembre 2009, ce qui représente près de 50% de la production traditionnelle de l’usine de Molsheim.

Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse

Reuters

un article propulsé par TORAPAMAVOA :

http://torapamavoa.blogspot.com

Commenter cet article